Lutter contre la violence conjugale en milieu de travail : une responsabilité des employeurs

Avant, on disait que la violence conjugale « n’était pas de nos affaires ». Les temps ont changé. Les exigences des employeurs ont aussi évolué. Maintenant plus que jamais, la violence conjugale touche également le milieu de travail.

 

Qu’en dit la loi

Selon l’article 32.0.4 de la Loi sur la santé et la sécurité au travail :

« L’employeur qui prend connaissance, ou devrait raisonnablement avoir connaissance, du fait qu’il peut se produire, dans le lieu de travail, de la violence familiale susceptible d’exposer un travailleur à un préjudice corporel prend toutes les précautions raisonnables dans les circonstances pour le protéger. »

Les employeurs prennent de plus en plus de mesures pour contrer la violence conjugale en :

  1. formant le personnel et la haute gestion à reconnaître les signes avertisseurs de violence;
  2. mettant sur pied une politique pour orienter l’intervention en milieu de travail en cas de violence conjugale;
  3. renforçant l’aptitude de l’organisation à lutter contre la violence conjugale;
  4. travaillant avec des spécialistes en violence conjugale de la région.

 

Comment les employeurs peuvent-ils être attentifs aux signes de violence conjugale au travail?

Les employeurs doivent savoir reconnaître les signes avertisseurs de violence, y compris les signes de contrôle et de coercition.

Les manifestations psychologiques de pouvoir et de contrôle peuvent lentement ou soudainement se transformer en violence physique. Le risque varie. Il est difficile de savoir quand une situation risque de se transformer en violence physique.

 

Il ne suffit plus de s’en préoccuper.

Pourquoi? Parce que chaque année, des dizaines de milliers d’incidents de violence conjugale sont signalés en Ontario — et des dizaines de milliers de plus ne le sont pas.

Parce que chaque année, entre 90 000 et 100 000 femmes et enfants cherchent refuge auprès de maisons d’hébergement.

Parce que votre personnel se sent concerné et est directement touché.

Parce que le caractère omniprésent de la violence représente des coûts économiques importants.

Et parce que c’est la loi.

 

La violence conjugale a des répercussions

Même si, conformément à la loi, vous devez y prêter attention, les raisons opérationnelles sont tout aussi puissantes :

  • Perte de productivité
  • Stress émotionnel
  • Taux d’absentéisme accru
  • Manque de concentration
  • Roulement élevé et augmentation des coûts de formation
  • Sécurité compromise du personnel
  • Conséquences négatives sur l’atmosphère de travail et le moral

En fin de compte, la violence conjugale cause des pertes économiques estimées à 1,5 milliard. Mais il ne s’agit pas seulement de coûts économiques. La violence conjugale imprègne chaque aspect de la vie des femmes qui en sont aux prises. Perte d’indépendance, d’estime de soi et du sentiment d’identité; peur pour soi et ses enfants; caractère omniprésent de la violence vécue… ce ne sont que quelques répercussions de la violence conjugale.

Les femmes représentent 60 % du marché du travail (et ce chiffre grimpe); la violence conjugale a donc des conséquences directes sur votre organisation.

Ce n’est plus seulement de ses affaires. La violence conjugale, ça concerne tout le monde.

Les raisons sont nombreuses pour agir. Comme employeur, que pouvez-vous faire pour limiter les risques et instaurer un climat de travail sécuritaire et sans violence?

Consultez les outils à l’intention des employeurs, des collègues et des femmes aux prises avec la violence pour en savoir plus sur la violence conjugale au travail, les mesures préventives, l’instauration d’un milieu de travail sain et sécuritaire, l’appui de femmes aux prises avec la violence conjugale, et plus.

 

Outils

Services et ressources pour femmes aux prises avec la violence conjugale

Plan de sécurité individualisé contre la violence conjugale au travail

Comment rester en sécurité et chercher du soutien quand la violence conjugale vous suit jusqu’au travail?

Soutenir une collègue aux prises avec la violence conjugale

Évaluation des menaces et gestion des risques en milieu de travail

Liste de contrôle pour la prévention et l’intervention en matière de violence conjugale au travail

 

Note grammaticale : La violence conjugale touche majoritairement les femmes et les personnes non binaires est majoritairement commise par des hommes. Pour représenter cette réalité, le féminin est employé dans ces outils pour faire référence aux victimes et le masculin est employé pour faire référence aux agresseurs. Nous reconnaissons toutefois que des hommes peuvent être victimes et que des femmes peuvent être agresseurs.