Les facteurs de risque de la violence

En reconnaissant et en comprenant les signes avertisseurs et les facteurs de risque de la violence faite aux femmes, vous pouvez aider!

Le danger risque d’être plus grand dans les cas suivants :

  • Il est en contact avec elle, a le droit de visite et/ou la garde des enfants.
  • Il a accès à des armes.
  • Il a des antécédents de violence envers elle ou envers d’autres personnes.
  • Il a menacé de la blesser ou de la tuer si elle le quitte. Par exemple: « Si tu n’es pas à moi, tu ne seras à
    personne ».
  • Il menace de faire du mal à ses enfants ou à ses animaux domestiques ou de détruire ses biens.
  • Il a menacé de se suicider.
  • Il l’a frappée ou a essayé de l’étrangler.
  • Il passe par une phase très difficile (p.ex., emploi, séparation, dépression).
  • Il est convaincu qu’elle fréquente quelqu’un d’autre.
  • Il l’accuse d’avoir gâché sa vie.
  • Il ne cherche pas à obtenir de soutien.
  • Il surveille ses moindres gestes, écoute ses conversations téléphoniques, lit ses courriels et la suit.
  • Il a du mal à garder un emploi.
  • Il consomme de la drogue ou boit tous les jours.
  • Il ne respecte pas la loi.
  • Elle vient juste de se séparer ou elle a l’intention de le quitter.
  • Elle craint pour sa vie et pour la sécurité de ses enfants ou elle est incapable de voir les risques.
  • Elle lutte pour la garde des enfants ou elle a des enfants d’une relation précédente.
  • Elle a une autre relation.
  • Elle a des blessures non expliquées.
  • Elle n’a pas accès à un téléphone.
  • Elle est confrontée à d’autres obstacles (p.ex., elle ne parle ni le français ni l’anglais, elle n’est pas encore résidente du Canada, elle vit dans une région isolée).
  • Elle n’a ni amis ni famille.

Selon les statistiques, les femmes âgées de moins de 25 ans, les femmes handicapées, les femmes autochtones et les femmes qui sont des conjointes de fait risquent davantage de devenir victimes de violence. (Statistique Canada : La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2005). Cependant, toutes les femmes peuvent être victimes de violence.

La ligne francophone de soutien Fem’aide, au 1 877 336-2433 (ATS: 1 866 860-7082) est disponible 24 heures sur 24 à l’intention des femmes victimes de violence en Ontario. Ce service est anonyme et confidentiel. Le personnel discutera avec vous des signes avertisseurs de violence que vous aurez constatés et vous fera des suggestions sur l’aide que vous pouvez fournir.

En cas d’urgence, appelez la police (9-1-1).